L’intégration linguistique des migrants adultes

L’intégration des migrants adultes passe par l’apprentissage de la langue. Il est important qu’ils puissent s’exprimer correctement pour mieux communiquer avec les autres. À noter que les enfants ont plus de facilité pour apprendre une langue. Il leur suffit de quelques jours pour maîtriser les bases à l’école. Il en va autrement pour les adultes en raison de nombreux facteurs. Il leur faut un peu plus de temps pour s’adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Ils ont aussi besoin de formations spécifiques pour les aider à mieux assimiler les cours proposés dans les centres d’enseignement de langue.

En savoir plus sur l’ILMA

L’ILMA ou l’intégration linguistique des migrants adultes est un projet qui vise à favoriser l’intégration des migrants dans leur pays d’accueil afin que ces derniers puissent s’adapter à leur nouvel environnement. Sur le plan politique, ce sujet provoque bien des débats. De plus en plus de pays membres du Conseil de l’Europe prennent des initiatives dans ce sens. L’acquisition de compétences linguistiques revêt une importance particulière relative. Ces questions sont abordées depuis 1968, notamment en termes d’apprentissage de la langue française par les travailleurs migrants. Ce premier projet pédagogique a inspiré l’intégration linguistique des migrants adultes.

Des outils, des instruments et différentes ressources sont développés par le Conseil de l’Europe au fil des années. Ils sont destinés aux décideurs politiques, mais aussi aux responsables de l’évaluation et aux structures proposant les cours de français. Ils ont pour but de promouvoir la cohésion sociale et l’intégration dans la société civile. Ce projet est conforme aux valeurs clés véhiculées par le Conseil de l’Europe. À noter que le CECR ou Cadre européen commun de référence pour les langues est utilisé comme système permettant de définir les niveaux de compétence des migrants adultes. Les résultats obtenus conditionnent leur droit d’entrer dans un pays, que ce soit l’obtention de la citoyenneté ou le droit de devenir un résident permanent. Néanmoins, un usage inapproprié peut entraîner une violation des droits de l’homme des migrants et de graves conséquences.

L’importance de l’ILMA

Les ressources développées par le Conseil de l’Europe couvrent la politique et le développement linguistiques à l’attention des migrants. Le cursus se termine par des évaluations qui permettent de tester leur niveau d’assimilation. Ces ressources visent à aider les Pays membres à répondre aux besoins particuliers des étrangers. Il faut tenir compte de la situation dans laquelle ils se trouvent, des chocs émotionnels qui risquent de les perturber pendant un certain temps. L’intégration a un double sens : la cohésion sociale et la possibilité pour les migrants de participer pleinement au processus démocratique du pays.

Le site dédié au migrant permet de répondre aux questions des différents types d’utilisateurs. La navigation est fluide et l’interface est interactive. Il contient des ressources variées et diversifiées ainsi que des informations concrètes. Il propose l’ensemble de principes qui examinent les éléments et les domaines à prendre en considération pour faciliter l’intégration linguistique des migrants. Les utilisateurs y trouvent des textes de fonds proposés dans la section Notions Clés ainsi que différents Instruments et ressources. Les centres d’enseignement ont aussi accès à un questionnaire d’autoévaluation.

Méthodologie de développement du projet

La collecte des données se fait au moins pendant un mois. Cette phase inclut les observations des différentes classes et des divers centres d’enseignements. Les experts ont un entretien spécifique avec les formateurs, mais aussi avec les apprenants. Les notes prises par les experts seront ensuite analysées en vue de déterminer les points forts, les bonnes pratiques ainsi que les failles et les pistes d’amélioration. Certains migrants réussissent à trouver du travail facilement. Ils occupent un poste de cadres moyens ou de techniciens, que ce soit dans des entreprises locales ou internationales. Même s’ils sont originaires de nombreux pays avec le titre d’exilé ou de réfugiés, il y a une homogénéité au niveau des différentes institutions proposant des cours de perfectionnement.

Le nombre maximal d’apprenants est toujours atteint pour chaque niveau de classe allant de A à G. Tous les migrants n’ont pas vécu dans le même contexte familial. Ils n’ont ni le même parcours scolaire ni les mêmes attentes. Chacun de ces facteurs crée une difficulté supplémentaire sur l’intégration linguistique, tant pour les apprenants que pour les enseignants. Il faut également tenir compte des différences culturelles et individuelles. Des facteurs qui peuvent freiner ou démotiver les apprenants.

Le choix des programmes et des manuels

Les systèmes morphologiques et phonétiques de chaque langue sont différents. Ils rendent plus difficile l’apprentissage d’une langue étrangère en raison des interférences sémantiques, grammaticales et phonologiques. Les centres d’enseignement doivent ainsi choisir avec minutie les manuels à utiliser par les migrants. Des études sont régulièrement faites pour traiter l’efficacité des apprentissages déjà en place. De nouvelles méthodes apparaissent au fil du temps et des expériences.

Le but est de s’assurer qu’ils assimilent le français plus rapidement. De ce fait, ils ont plus de chance de s’intégrer dans la vie sociale et la vie active. Ils peuvent ainsi s’occuper de toutes les démarches administratives relatives à leurs migrations. Cela concerne les papiers indispensables pour que les migrants puissent demeurer et travailler dans leurs pays d’accueil. Les cours aident aussi les migrants à mieux comprendre les nouvelles cultures afin de s’y adapter.

Les avantages des programmes d’intégration

Arriver dans un nouveau pays représente une aventure pour les migrants. Il faut garder en tête qu’ils ont dû partir précipitamment et qu’ils ont tout laissé derrière eux. Ils doivent donc repartir de zéro pour avoir une nouvelle vie. Le fait de passer par des cours d’apprentissage du français leur est bénéfique. Ils leur permettent de profiter d’un accompagnement sur mesure. Apprendre le français veut dire maîtriser les règles grammaticales et les vocabulaires. Cependant, cette étape s’avère indispensable pour qu’ils puissent acquérir leur autonomie et leur indépendance. Ils obtiennent également des diplômes attestant leur capacité à l’écrit comme à l’oral. Ces derniers peuvent leur être utiles dans différentes circonstances. Ils ont réussi les différentes phases d’évaluation pour chaque niveau de langue.

Mag Academy

Read Previous

Enseignement secondaire

Read Next

Le droit à l’éducation

Leave a Reply

odio id in ut adipiscing Curabitur